La liberté de la presse et de la liberté d’expression

Qu’entend-t-on lorsque l’on parle de la liberté de la presse et de la liberté d’expression ?

Activités pédagogiques

Vous trouverez ci-dessous un ensemble de ressources pédagogiques qui engageront les enfants et les jeunes dans les salles de classe ou les centres de jeunesse. Ces activités et ces feuilles de travail développeront la sensibilisation aux médias et la pensée critique, ainsi que des compétences pour analyser et créer des médias.

 

Préparation : Imprimez des cartes VRAI et FAUX (ou laissez les élèves fabriquer leurs propres cartes).

1. Distribuez les cartes VRAI et FAUX à tous les élèves.
2. Lisez à haute voix les propositions ci-dessous aux élèves pour qu’ils lèvent l’une ou l’autre de leurs cartes.
3. Après chaque vote, donnez la réponse correcte et ajoutez une courte explication.
4. Invitez à commenter ou réfléchir avant d’aborder la proposition suivante.

Propositions :

– 35 journalistes ont été tués dans le monde en 2016 et 150 emprisonnés.
Faux. En 2016, 49 journalistes ont été tués et 199 emprisonnés.

– En 2015, la liberté de la presse est tombée à son point le plus bas depuis 12 ans.
Vrai. Dans de nombreux pays du monde, les forces politiques, criminelles et terroristes ont tenté de prendre le contrôle et de faire taire les médias. Beaucoup de journalistes ont été menacés et/ou violemment attaqués. En 2015, les plus sérieux de ces problèmes se sont manifestés au Moyen-Orient.

– Globalement, 27 % des utilisateurs d’internet vivent dans des pays où des gens ont été arrêtés pour avoir publié, partagé ou tout simplement exprimé un « j’aime » sur Facebook.
Vrai. Presque 3 utilisateurs sur 10 d’internet prennent le risque d’être emprisonnés, d’avoir une amende ou être fouettés, à cause de ce qu’ils disent en ligne.

– La nouvelle Constitution tunisienne de 2014 garantit la liberté d’expression en permanence et pour tous les citoyens.
Faux. La constitution garantit la liberté d’expression, mais répertorie aussi les circonstances dans lesquelles les restrictions de la liberté de la presse sont justifiées, comme pour la protection de la « morale publique », par exemple.

– Les journalistes tunisiens freelance comme les blogueurs ou youtubeurs doivent obtenir une carte de presse officielle, s’il veulent, par exemple, entrer dans le bâtiment du Parlement sans invitation.
Faux. Les journalistes tunisiens freelance ne sont pas autorisés à obtenir une carte de presse officielle. Celle-ci est uniquement attribuée aux journalistes employés, ce qui signifie que les journalistes freelances ne bénéficient pas de la protection légale attribuée aux journalistes des médias tunisiens.

– En Tunisie, tous les journalistes peuvent demander à avoir accès aux documents et informations du gouvernement sans permission spéciale.
Faux. Seuls les journalistes titulaires d’un diplôme universitaire peuvent demander l’accès aux documents et informations du gouvernement sans autorisation préalable du ministre de l’Intérieur.

– En Tunisie, les médias sont libres de couvrir la totalité des partis et tous les leaders politiques sans aucune interférence du gouvernement.
Vrai. Le code de la presse tunisien, depuis 2011, établit clairement que la presse doit être entièrement libre de couvrir tous les aspects de la politique.

– Avant la révolution, le paysage médiatique tunisien était dominé par une poignée de médias d’État et d’entreprises privées possédées par des personnalités proches de la famille du précédent chef de l’État Zine el-Abidine Ben Ali et des partis dirigeants.
Vrai. Depuis 2011, les médias publics ont été restructurés pour inclure davantage de points de vue divers, et de nombreux organes de presse ont vu le jour pour produire journaux, chaînes télévisées et radios.

De nombreuses études ont montré que les principaux médias décrivent la société d’une manière peu représentative. Par exemple, les filles et les femmes, qui représentent la moitié de la population mondiale, ne composent systématiquement que 24 % des personnes lues, entendues, ou vues dans les journaux, à la télévision et dans les nouvelles à la radio. Dans de nombreux pays, ce pourcentage est même inférieur à ce chiffre. Sur les plateformes d’informations numériques, le pourcentage est à peine légèrement supérieur : 26 % seulement des personnes présentes dans les articles en ligne et les tweets sont des femmes.

Préparation : Des journaux populaires collectés pendant une ou deux semaines (suffisamment pour distribuer à la classe). Des copies de la feuille de travail Compter les individus.

1. Demandez aux élèves de deviner quel est le pourcentage de femmes photographiées dans les journaux par rapport aux hommes. Puis demandez quel est le pourcentage de jeunes de moins de 18 ans photographiés dans les journaux. Notez quelques estimations au tableau.

2. Distribuez un journal à chaque élève et faites-les travailler par deux.

3. Distribuez la feuille de travail Compter les individus (ou laissez simplement chaque duo établir sa grille sur une feuille de papier).

4. Expliquez en quoi consiste le « comptage d’individus » : compter les gens sur chaque photo du journal et notez ensuite les indications ci-dessous.
– nombre de petites filles et d’adolescentes
– nombre de petits garçons et d’adolescents
– nombre de femmes adultes
– nombre d’hommes adultes

5. Quand les élèves ont fini de compter, rassemblez la classe et demandez à chaque duo de communiquer ses chiffres. Tracez une grille sur le tableau et inscrivez les nombres trouvés. Enfin, additionnez et notez le total.

6. Faites réagir les élèves sur les chiffres obtenus. Les chiffres sont-ils surprenants ? Quelle pourrait être la raison du déséquilibre observé (qui est presque toujours représenté) ? Est-ce un problème ? Comment cela peut-il, par exemple, affecter les filles et les femmes, si elles se voient rarement représentées dans les médias ?

Astuce : souvent, des élèves vont contester ces résultats. Pour eux, ils sont simplement à l’image du monde et les médias se doivent de refléter la « réalité ». Encouragez les élèves à approfondir leur réflexion et demandez-leur s’il s’agit vraiment de la réalité ou bien si les médias la déforment ?

Prolongements :
1. Demandez aux élèves de revenir à leurs journaux pour trouver quelques-unes des catégories suivantes sur les photos, puis notez les résultats qu’ils auront trouvés :
– une athlète
– un athlète
– un père parlant à son enfant
– une mère parlant à son enfant
– un professionnel homme
– un professionnel femme
– une personne avec un handicap
– un adolescent représenté de façon positive
– un enfant victime de mauvais traitements ou de violences
– une femme séduisante
– un homme séduisant
– une personne retraitée
– une personne pauvre
– une personne riche

2. Demandez dans un second temps aux étudiants de présenter et de commenter leurs résultats. Quelles sont les catégories les plus difficiles à trouver ? Que pensent-ils des différences de variation dans la représentation des catégories successives ? Enfin, additionnez les nombres et faites le total.

3. Proposez un temps de réflexion et de commentaire. Demandez aux élèves de comparer ces résultats aux médias qu’ils consultent, comme les médias en ligne. Peuvent-ils par eux-mêmes, à l’aide de leurs comptes sur les médias sociaux par exemple, rétablir un certain équilibre dans ce qu’ils postent, aiment et partagent ?

Télécharger la feuille d’activité : Compter les individus.

 

 

La censure consiste à supprimer des mots, des images, des idées qui sont considérées comme « une offense » ou une menace ; elle s’exerce n’importe quand et partout où, quelques personnes, imposent aux autres leurs propres valeurs politiques et morales. Dans beaucoup de pays du monde, la censure des médias est mise en pratique par le gouvernement. De nombreux gouvernements censurent les citoyens de leur pays en leur interdisant par exemple d’exprimer certaines opinions et idées.

Préparation : Imprimez la feuille de travail Faire le censeur. Si vous préférez, trouvez des exemples de désinformation et propagande en Tunisie ou dans d’autres pays à utiliser à l’étape 4.

Les élèves peuvent travailler seuls, en paires ou petits groupes.

1. Demandez aux élèves d’imaginer qu’ils sont des censeurs dans un pays où la liberté de la presse n’existe pas. Leur travail est de repérer et de supprimer tout ce qui est nuisible pour les gens au pouvoir.

2. Distribuez la feuille d’activité Faire le censeur. Demandez aux élèves de prendre un article, de trouver quatre éléments à censurer avant de les reporter dans la première colonne ; ensuite, ils doivent expliquer pourquoi ils les ont censurés dans une deuxième colonne. Demandez-leur de laisser la troisième colonne en blanc pour le moment.

3. Rassemblez à nouveau la classe, une fois que chacun a rempli les deux colonnes de la feuille de travail. Invitez les élèves à réfléchir et à commenter l’activité.

4. Même si les élèves vivent dans un pays où il est absolument interdit aux personnalités politiques et aux personnes influentes de censurer les médias, certains peuvent encore essayer. Ils pourraient publier de fausses nouvelles et les détourner pour passer des messages de propagande. Ou bien ils peuvent tenter de discréditer un ou une journaliste en répandant des rumeurs sur son compte. Ils peuvent même essayer d’acheter un média pour faire retirer un article. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre des exemples tirés de la vie quotidienne, ou demander aux élèves s’ils ont des exemples à donner à propos de la Tunisie ou d’autres pays.

5. Demandez aux élèves d’imaginer qu’ils ont été engagés par des gens influents qui ont visés par des articles. Les élèves peuvent revenir en arrière ou remplir la troisième colonne, avec leurs idées sur la façon d’utiliser la désinformation, les fausses nouvelles/les rumeurs, la propagande pour s’opposer aux différents articles.

6. Demandez aux élèves de présenter à la classe leurs idées de désinformation et de propagande.

7. Terminez par une discussion et une réflexion.

Télécharger la feuille d’activité : Faire le censeur

Cette activité permet aux élèves de découvrir la quantité de médias qu’ils consomment réellement. En notant leur consommation de médias pendant 24 heures, ils pourront aussi en savoir plus sur le rôle que les médias jouent dans leur vie.

1. Distribuez des copies de la feuille d’activité Le journal des médias. Vous pouvez aussi copier/coller la feuille et l’envoyer par mail aux élèves si vous préférez qu’ils utilisent leur téléphone.

2. Expliquez aux élèves qu’ils doivent répertorier le moindre média utilisé dans les 24 heures de l’exercice. Menez une brève discussion sur ce qui doit être compris dans leur « utilisation des médias » et inscrire les suggestions au tableau. L’utilisation des médias inclut de nombreuses choses : écouter de la musique ou jouer sur son téléphone, lire un livre, un magazine, ou lire une pub sur un bus ou un panneau d’affichage sur le chemin de l’école.

3. De retour en classe, après que les élèves ont rempli leur journal de médias, c’est le moment de créer des statistiques. Les élèves doivent tracer un diagramme sur leur consommation de médias personnelle. Combien de minutes et/ou d’heures passent-ils sur chaque différente sorte de médias ? Les élèves peuvent travailler individuellement, mais aussi en duos ou groupes pour s’entraider. Permettez à quelques élèves de présenter leurs conclusions. Si vous le souhaitez, vous pouvez créer un diagramme global pour toute la classe.

4. Amorcez une discussion autour des résultats obtenus.

Télécharger la feuille d’activité Le journal des médias



Cette activité aide les élèves à approcher les médias et les informations avec un œil critique, vérifier leurs sources et décider si l’information est digne de confiance. Cela pourra également les aider à surfer en sécurité sur les médias sociaux, ainsi que pour le travail scolaire.

Les élèves peuvent travailler par duos ou petits groupes.

Préparation: Recueillez quelques articles sur un site d’informations ainsi que quelques posts de Facebook devenus viraux. Si vous n’avez pas accès à internet dans la classe, imprimez à l’avance les articles et les posts de Facebook pour les distribuer (on peut aussi utiliser des articles de journaux).

1. Distribuez la feuille d’activité Vérifier la crédibilité des médias, et les articles que vous avez préparés.
2. Demandez aux élèves d’examiner les articles en suivant les consignes de la feuille d’activité avant de la compléter.
3. Laissez les élèves exposer leurs découvertes.

Youngster on the line

Préparation : Préparez des feuilles de papier et du ruban adhésif ou une longue bande de papier pour marquer les lignes.

1.Sur les feuilles scotchées ou sur la longue bande de papier, tracez une ligne sur le sol de la classe. Demandez aux élèves de se tenir sur cette ligne. Expliquez que le bout de la ligne signifie OUI et que le reste veut dire NON. Les élèves choisissent ensuite leur position en fonction de leur accord ou désaccord avec les propositions énoncées.

2. Lisez à haute voix la première proposition et laissez les élèves choisir leur position en fonction de leur réponse. Vous pouvez aussi débuter par une phrase simple pour aider les étudiants à comprendre l’activité, comme par exemple « La glace a meilleur goût que les légumes. »

3. Passez aux propositions qui vont permettre aux élèves de dire s’ils leur font confiance ou non. Demandez-leur ensuite de justifier leur réponse après chaque nouvelle proposition. Leurs arguments feront peut-être changer d’avis d’autres étudiants !

4. Faites un bilan et invitez l’ensemble de la classe à commenter et réfléchir.

Exemples d’affirmations :
• Mes parents
• Mes amis proches
• Mes amis Facebook
• Les amis de mes amis Facebook
• Mes grands-parents
• Mes professeurs
• Les personnalités politiques
• Les célébrités
• Les journaux
• Google
• Wikipédia
• Les médias

Ajoutez des exemples spécifiques tirés de la télévision locale, nationale et internationale, des chaînes de radio, des journaux, des animateurs de télévision, des présentateurs de journaux, des artistes, des blogueurs et autres youtubeurs…

Astuce : la ligne d’activité peut être aussi utilisée pour d’autres sujets, avec des propositions différentes.

 

Préparation : Sélectionnez deux articles issus de deux sites d’informations ou de deux journaux différents sur le même événement. Si vous n’avez pas internet, imprimez et photocopiez les articles en avance pour les distribuer. Vous pouvez bien entendu utiliser des articles de journaux.

1. Distribuez la feuille d’activité Comparez les perspectives et les articles que vous avez préparés.
2. Laissez les élèves comparer les deux articles, en suivant les consignes de la feuille d’activité avant de la compléter.
3. Laissez les élèves exposer leurs découvertes.

Télécharger la feuille d’activité : Comparez les perspectives